Vous avez dit rigidités.

Je me rappelle, il y a trente ans, les débuts de l’EDI (Échanges de Données Informatisés). La France est considérée comme un leader. Elle possède un réseau télécom performant. Elle dispose des savoir-faire en informatique. Elle est leader de la normalisation internationale.

Et pourtant !

Un peu moins de dix ans plus tard je me souviens d’avoir accompagné une délégation tunisienne du guichet électronique du commerce extérieur (Tunisie Tradenet). Lors d’une rencontre avec des collègues de la douane française, ces derniers sont fiers de nous présenter les dernières innovations en matière de dématérialisation : le téléchargement des formulaires au format PDF. Le PDG de Tunisie Tradenet s’en étonne alors qu’en Tunisie, c’est plus de 70% des transactions de commerce international qui se font en électronique de bout en bout.

Cet article de l’usine digitale me rappelle furieusement le mal que nous avons à nous débarrasser nos vieux démons.

AliceM : les déboires des services publics français dans leur quête d’identité numérique

Laisser un commentaire