Vous avez dit rigidités.

Je me rappelle, il y a trente ans, les débuts de l’EDI (Échanges de Données Informatisés). La France est considérée comme un leader. Elle possède un réseau télécom performant. Elle dispose des savoir-faire en informatique. Elle est leader de la normalisation internationale.

Et pourtant !

Un peu moins de dix ans plus tard je me souviens d’avoir accompagné une délégation tunisienne du guichet électronique du commerce extérieur (Tunisie Tradenet). Lors d’une rencontre avec des collègues de la douane française, ces derniers sont fiers de nous présenter les dernières innovations en matière de dématérialisation : le téléchargement des formulaires au format PDF. Le PDG de Tunisie Tradenet s’en étonne alors qu’en Tunisie, c’est plus de 70% des transactions de commerce international qui se font en électronique de bout en bout.

Cet article de l’usine digitale me rappelle furieusement le mal que nous avons à nous débarrasser nos vieux démons.

AliceM : les déboires des services publics français dans leur quête d’identité numérique

NewAvaland vs FranceConnect

https://franceconnect.gouv.fr/

FranceConnect est le dispositif mis en place par l’état français dans le but de simplifier l’accès aux services publics en limitant le nombre de comptes et d’identités.
FranceConnect n’est pas fournisseur d’identité numérique mais organise la reconnaissances mutuelle des identités octroyées par les différentes administrations.

Les deux principales différences entre FranceConnect et NewAvaland sont :

  • FranceConnect n’assure pas l’anonymat.
    Au contraire, il permet de relier les différents éléments de vie administrative d’une personne autour d’un seul identifiant sachant que cet identifiant a été attribué à une personne physique identifiable.
  • FranceConnect est un fédérateur d’identité.
    Ce système n’attribue pas d’identité mais repose sur une reconnaissance mutuelle entre plusieurs organismes. Finalement, il n’est pas très différent de l’utilisation de ses comptes Google ou FaceBook pour accéder à d’autres services. La différence est que, dans le cas de FranceConnect, ce sont des services publics qui mettent en commun ces identifiants ; ce qui serait plutôt un gage de sérieux et de respect de la vie privée.
    Pour autant tous les éléments de la confiance dans une identité sure et respectueuse de la vie privée ne sont pas réunis. D’où, sans doute sa difficulté à s’étendre à la sphère privée.

NewAvaland adresse la question de l’identité à proprement parler.
Une identité numérique NewAvaland peut non seulement intervenir dans le cadre d’une fédération mais surtout en garantissant de manière totalement univoque la correspondance avec une identité réelle tout en garantissant son anonymat.

Mon avatar est moi !

C’est tout un monde,
Que dis-je, tout un univers qui s’ouvre devant vous !
Un univers dédié à un usage et une découverte responsables et respectueux d’Internet.

Dans cet univers, votre avatar vous offre une identité numérique dont la vocation est de protéger votre identité réelle de la curiosité, de l’avidité et de la pollution dont font preuve certains acteurs du net.

En passant les portes de ce monde, votre avatar réalise, en tout anonymat, l’ensemble de vos actes sur Internet (mail, surf, réseaux sociaux, e-commerce, e-administration, …).
Pas de dispositif technique compliqué ; un interface simplifié et ludique afin de répondre aux besoins de protection, en particulier des plus faibles : élèves ou personnes âgées.

Cet univers est également celui de la confiance. Les relations sont régies par l’observance de pratiques respectueuses de chacun. L’anonymat protecteur conféré par le service ne peut pas être utilisé comme moyen de dissimulation. Si l’avatar préserve l’anonymat il n’en garantit pas moins que derrière chacun d’eux il y a une personne physique parfaitement identifiable. Pour des motifs légaux, cet anonymat peut être rompu.

NewAvaland est l’identité numérique adaptée à un usage respectueux et responsable d’Internet.

« Mon avatar est moi ! »